Archives du mot-clé fans

Décryptage d’un hashtag

Dimanche 21 avril, alors que défilaient à Paris les pro et anti mariage pour tous, les ados s’emparaient des TT (trending topics) de Twitter pour faire en quelque sorte leur manif mariage pour tous, mais selon leurs codes à eux. Ils ont en effet propulsé en tête des hashtags France l’improbable #TeamQuiEnARienAFoutreDeLarryEtLouanor. Pour alambiqué qu’il soit, ce mot-dièse est à lui seul un concentré de notre époque, au croisement des usages numériques et des questions sociétales. Décryptage.

Image

Vu de loin, c’est-à-dire vu du smartphone de ceux qui ont passé l’âge d’écouter NRJ, ce #TeamQuiEnARienAFoutreDeLarryEtLouanor est totalement incompréhensible. Qui sont donc ces Larry et Louanor ? Pour y répondre, il faut emprunter un navigateur parsemé de Tumblr, Skyblogs, Twitter, et fanpages dont raffolent les ados, et grâce auxquels on acquiert une solide culture en matière de… One Direction.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, les One Direction sont, avec Justin Bieber, le groupe de musique qui mobilise le plus ses fans sur (et hors) les réseaux sociaux. Composé de 5 garçons dans le vent, le groupe est adulé par des millions de groupies dans le monde, qui se passionnent évidemment pour la vie amoureuse des “boys”. Essayons de résumer sobrement et clairement le scénario, aux confins de Nous Deux et Salut les copains version 2013 : l’un des chanteurs, Louis Tomlinson, est officiellement en couple avec Eleonore, une jeune étudiante. Mais certains “directioners”, nom officiel des fans du groupe, soupçonnent une autre réalité : cette idylle serait montée de toutes pièces pour masquer une relation amoureuse entre Louis et un autre membre du groupe, Harry. Arrivé à ce point du récit, le hashtag #TeamQuiEnARienAFoutreDeLarryEtLouanor commence à faire sens : Larry, c’est la contraction de Louis et Harry, et Louanor, le diminutif d’Eleonor. Tout le monde suit ? Car derrière ce mot-dièse, se cachent deux camps de fans, deux teams, représentant deux visions du couple, et surtout, quelle que soit la team, une utilisation particulièrement efficace des réseaux sociaux et des outils numériques pour se faire entendre.

Image

Les “Larry Shippers” adorent l’idée que Larry et Louis sont amoureux et forment un couple officieux. Les shippers sont un phénomène né dans les années 2000, issu des séries télé, en particulier des séries pour ados, où les fans suivaient une série en fonction d’un couple, réel ou supposé. Étymologiquement, un shipper vient de l’anglais “ship”, abréviation de “relationship”, relation amoureuse (dans ce contexte). Les Larry Shippers aiment l’idée de la romance entre les deux boys, et estiment que Louanor n’est qu’un fake, une fausse histoire. De l’autre côté, appelons-le Team Louanor, on estime que Louis et Harry ne vivent qu’une bromance. Qu’est-ce qu’une bromance ? Contraction de “brother” et “romance”, ce mot-valise s’applique aux relations amicales, fraternelles, que peuvent avoir deux garçons entre eux.

Alors certes, on peut se gausser du côté futile de ce #TeamQuiEnARienAFoutreDeLarryEtLouanor. Mais c’est passer à côté d’un condensé intense de notre époque, et de pratiques numériques très élaborées. Le hashtag met en lumière une certaine vision du monde comme il va, où se tissent de nouveaux liens, entre romance et bromance, et en plein débat sur le mariage homosexuel, même si le lien est rarement fait dans les tweets.

Et dans les nombreux Tumblr ou Skyblogs consacrés aux One Direction, les fans font montre de compétences très étendues en matière de recherches et d’analyses sur Internet, faisant du mode collaboratif un must. “Tu es une Larry Shipper quand tu y crois dur comme fer et que tu cherches des preuves encore et encore” résume une skyblogueuse. Les directioners, qu’ils soient “Larry Shippers” ou “bromances”, sont capables de mener des enquêtes en ligne à la manière de cyberdétectives, épluchant Youtube, Google Images, hantant les forums, remontant les timelines des comptes Twitter de la fanbase du groupe, analysant les commentaires et les likes sur Instagram, essayant de démêler le vrai du faux dans un monde de faux-semblants et de marketing. Ils connaissent par coeur les outils 2.0, et perpétuent à leur manière des pratiques issues de la fanfiction, ce mode d’expression communautaire qui s’approprie une histoire et la réécrit selon ses aspirations. Voilà, en résumé, ce qui s’abrite derrière #TeamQuiEnARienAFoutreDeLarryEtLouanor : #tolérance #bromance #shipper #musique #réseauxsociaux #undimanchesurTwitter #so2013…

Quand #UneMère et #SonAdo tweetent : interview croisée

Delphine Foviaux est une tweeteuse chevronnée. Depuis quelques mois, elle a entraîné dans son sillage Valentine, sa fille de 13 ans, qui est parfois discrètement mentionnée dans les tweets de sa maman par le hashtag #MonAdo. À l’heure où la planète Twitter est en émoi après s’être aperçu que les ados investissaient eux aussi le réseau, il nous a semblé intéressant de proposer une interview croisée mère / fille, de laquelle il ressort que Twitter est définitivement un réseau à part, où parents et ados peuvent se suivre, tout en permettant à chacun de rester sur son territoire, et aux ados de vivre pleinement leur passion pour leurs idoles…

Questions à Delphine et Valentine

Qui a initié l’autre à Twitter ?
Delphine : moi

Qui se débrouille le mieux aujourd’hui ?
Delphine : #MonAdo a plus de followers que moi (plus du double, même) mais nous n’en faisons pas la même utilisation ! Nous n’avons pas les mêmes centres d’intérêt ! Par contre, elle utilise des outils que je n’utilise jamais, comme Twitlonger ou Twitcam, et elle se débrouille toujours pour trouver seule celui qui correspond à ses besoins, comme par exemple pour faire une vidéo à partir de toutes les photos que ses followers lui ont envoyées par exemple. Et puis, elle utilise naturellement des techniques de mass marketing, à coup de « RT please », « RT si tu aimes », « RT si tu veux que je te followe »… comme certains comptes de pros du marketing anglo-saxon qu’on peut voir passer parfois sur nos TL (non, je ne citerai personne). Résultat, en à peine trois mois, elle avait 2 000 followers.

Questions à Valentine

Comment as-tu connu Twitter ?
Par ma mère qui l’utilise depuis plusieurs années. Elle nous faisait rire pendant des émissions de télé en nous lisant les tweets des gens qui livetweetaient les émissions, et ça m’a donné envie de m’y mettre aussi.

Depuis combien de temps tweetes-tu ?
Depuis le 23 janvier. J’ai demandé à ma mère de m’aider à me créer un compte pour pouvoir suivre les NRJ Music Awards parce que Justin Bieber y allait. Elle m’a donc expliqué comment faire pour créer mon profil, ma bio, et les règles de base pour faire mes premiers tweets (quel # suivre pour l’émission, que voulait dire RT, etc…). Maintenant, j’ai plus de followers qu’elle !

Qu’est-ce qui te plaît dans ce réseau ?
C’est de pouvoir suivre l’actualité de mes « stars » favorites, de les suivre elles aussi et de pouvoir échanger des infos et rencontrer des personnes qui ont les mêmes passions que moi. Avec les autres Directioners (fans des One Direction, ndlr) ou Beliebers, on organise souvent des rencontres IRL et même des flashmobs. On est une grande famille de fans. Je me suis fait de nouvelles amies grâce à Twitter.

Es-tu présente sur d’autres réseaux ?
Oui, sur Facebook :j’ai un profil et j’administre plusieurs pages et groupes. J’ai presque 2 000 likes sur ma page principale, consacrée aux One Direction et mes stats sont meilleures que celles de ma mère, ce qui la fait enrager ;-)

Quels sont les avantages de Twitter par rapport aux autres ?
On peut savoir en « direct » ce que font nos « stars » préférées et même leur parler. On peut suivre un événement, en organiser, et communiquer avec d’autres fans du monde entier. C’est plus pratique que Facebook.

Facebook, c’est toujours important d’y être ?
Oui, des fois, il s’y passe plus de choses que sur Twitter. Mes amis sur Facebook, je les connais tous vraiment, contrairement à Twitter.

Quelles sont tes relations avec ta maman sur Twitter ? Vous échangez des tweets, ou c’est chacune ses tweets ?
Nous « parlons » rarement ensemble. Mais je sais qu’elle m’espionne ;-) Enfin, qu’elle lit régulièrement mes tweets.

Questions à Delphine

Est-ce important pour toi de follower ta fille (voire est-ce un préalable ?), ou est-ce que ça s’est fait naturellement ?
C’était une condition : elle n’a que 13 ans. Je ne regarde pas tout, mais je jette un œil de temps en temps. Elle a tout de suite su bloquer les « vieux », les « têtes d’œufs », les robots, les comptes qui n’ont rien à voir avec ses centres d’intérêt… donc je ne m’inquiète pas trop. Les règles de base, elle les maîtrise : ne pas donner son téléphone, son adresse…

As-tu déjà fait des remarques à ta fille par rapport à des tweets ? (genre #faispascifaispasça ;-)
Oh la la, oui ! Je me bats pour le respect de l’orthographe dans ses tweets ! Parce qu’on peut facilement faire le rapprochement entre nos 2 comptes => Sa réponse est sans appel : OSEF ! (abréviation de « On s’en fout », ndlr). Et puis régulièrement, au début, je lui expliquais comment « optimiser » ses tweets, comme par exemple ceux qui auraient plutôt fait l’objet d’un DM…