Sur Twitter, des comptes Gossip Girl à la française

Esthétique soignée, références à l'univers ado : gossip, ou la version 2.0 du corbeau.
Esthétique soignée, références à l’univers ado : gossip, ou la version 2.0 du corbeau.

C’est un phénomène récent, dont on s’étonne qu’il n’ait pas explosé plus tôt : celui des comptes Twitter « gossip », en référence à la série télé à succès « Gossip Girl », série où une informatrice anonyme met la pagaille dans les écoles de l’Upper East side new yorkais avec ses SMS délateurs. Depuis le début d’année, plusieurs comptes balançant des infos explicites sur des collégiens ou lycéens de plusieurs établissements scolaires, en particulier des Hauts-de-Seine, ont essaimé sur le réseau social. À Lisieux aussi, début mars, un compte gossip a semé la pagaille dans la petite ville normande pendant trois jours avant d’être fermé. D’autres villes ou établissements scolaires de France ont également leur compte gossip, mais la plupart du temps, ces comptes meurent tout seuls, faute de véritables ragots, malgré les appels insistants de leurs créateurs à « envoyer des bails » (traduction : dénoncer des relations amoureuses). À chaque fois, ces gossips sont très perturbants pour ceux qui sont nommément cités.  Et si certains comptes ont été rapidement suspendus, d’autres continuent provisoirement de déverser des ragots, en donnant en pâture les noms d’éventuels protagonistes à quelques centaines de followers.

Ces comptes Twitter s’inscrivent donc dans le prolongement de séries à succès comme Gossip Girl ou Pretty Little Liars, prioritairement destinées à un public adolescent, et mettent en scène, dans tous les sens du terme, les corbeaux 2.0 et leurs victimes potentielles. Pourtant, on peut se demander pourquoi ces comptes ne sont pas apparus plus tôt, et pourquoi ils n’essaiment pas davantage : Twitter est en vogue chez les ados depuis deux ans, et la série Gossip Girl date quant à elle de 2007. Or, en France en tous cas, hormis quelques tentatives isolées, les comptes les plus actifs datent du début d’année.

Quand ils ne sont pas fermés, les comptes "gossip" meurent d'eux mêmes, faute d'être alimentés.
Quand ils ne sont pas fermés, les comptes « gossip » meurent d’eux mêmes, faute d’être alimentés.

La « meute » adolescente, que l’on décrit parfois à l’oeuvre pour participer à du harcèlement en ligne, est également à l’oeuvre pour veiller au grain dans l’autre sens : les créateurs anonymes de ces comptes sont honnis de leurs pairs, et si l’on en juge aux réactions des ados sur Twitter, tous n’aspirent qu’à une chose, la fermeture de ces comptes, et la fin des délations. Les corbeaux, qu’ils soient en ligne ou hors ligne, qu’ils soient ados ou adultes, sont à juste titre très mal perçus dans nos sociétés, et les réseaux sociaux jouent de manière positive de leur effet caisse de résonance pour faire en sorte que ces comptes soient signalés, et fermés. Ces comptes sont à la confluence de l’IRL et de ce que l’on a coutume, à tort, d’appeler virtuel : ils mêlent vie numérique et vie réelle aussi bien dans leur contenu, que dans leur propagation (les cours de récré et les smartphones) ou leur résolution (conseil de discipline ou explication IRL, et signalement Twitter). Ce phénomène gossip rappelle aussi, une fois de plus, l’intérêt de l’éducation en général, et de l’éducation aux médias en particulier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s